Une institutionnalisation de l’archaisme

3 avril 2007

 Le choc est  le même à chaque fois, la bêtise instituée fait plus mal à l’humanité que celle d’un individu ou d’un conglomérat d’individus :

trouvé en entrefilet sur la dernière page de Ouest-France du 3 avril 07  une perle noire : il y est mentionné que le meurtre pour dette d’honneur a un tarif judiciaire en Iran :  pour l’année 2007, le « prix du sang » est fixé à l’équivalent de 20.700 euros pour le meurtre d’un homme. Si la victime est une femme, c’est moins cher.

On ne sait pas ce qui est le plus odieux…

Le siècle des Lumières avait sans doute ses zones d’ombres, ses déviations  et ses récupérations, mais je préfère encore assumer cet héritage-là…

 

on n’en demande pas tant!

6 décembre 2006

 Commentaires désabusés d’après un article de Xavier Ternisien, dans Le Monde du 5 décembre 06.

Sur tous les tons, la sphère économique nous rabâche qu’il sera impossible dans l’avenir de garantir le système de paiement des retraites aux travailleurs, tel qu’il fonctionne à ce jour. On ne s’y résigne pas, on se dit qu’on pourrait taxer le capital par exemple…

Mais quand même, L’Etat ne fait pas dans la dentelle : on savait déjà que les fonctionnaires travaillant dans la France d’outre-mer doublaient quasiment leur salaire par rapport à la métropole. On se demandait si ça se justifiait encore, on avait déjà de sérieux doutes…mais il y a pire : nous apprenons (les bras nous en tombent) que les fonctionnaires qui   terminent leur carrière ou  prennent leur retraite outre-mer voient celle-ci augmenter de 35% à la Réunion et à Mayotte, de 75% en Polynésie Française et en Nouvelle-Calédonie, même pour ceux qui  décident de s’y installer pour leur retraite  sans jamais y avoir travaillé. Evidemment, de plus en plus de petits malins en profitent : de 9168 à bénéficier de ce traitement de faveur en 89, ils étaient  29861  en 2005! on imagine ce que cette incompréhensible folie coûte à l’Etat, déjà lourdement endetté, ce qu’on nous serine   assez   par ailleurs..(300 millions  d’euros avec  une augmentation   prévisible  de  70 millions d’euros par an) et  aux collectivités d’outre-mer, déjà pauvres!    Par ailleurs l’Etat n’exerce aucun contrôle administratif sur la réalité de cette   »délocalisation » :  certains ne disposeraient  ainsi  que d’une « boîte aux lettres » outre-mer…

L’honnête Jean Arthuis que je qualifie ainsi bien que je ne partage sans doute pas ses idées politiques par ailleurs, a présenté pour la quatrième fois depuis 2003 un amendement au projet de loi de Finances pour mettre un terme à ce régime.  Modéré,  il ne proposait pas de supprimer cet avantage à ceux qui en bénéficiaient déjà, mais de suspendre les flux.

Pour la quatrième fois  l’amendement a été refusé, par 186 voix contre 16.

Comme aurait déjà dit mon grand-père : « pauvre France »!!!!

Tara

Grèce : après le viol, le racisme…

8 novembre 2006

Lu dans Ouest-France du 5 11 06, un article d’Angélique Kourounis, dont voici l’introduction :

« Quatre adolescents, tous grecs, qui ont violé leur camarade de classe, une bulgare de 16 ans, ont eu la même punition…que leur victime, à savoir, 5 jours d’exclusion. L’affaire, qui a pour cadre le lycée d’Amaryntchia, sur l’île d’Eubée, a été rendue publique lorsque la jeune fille a porté plainte près de la police. On lui a conseillé de partir du village où elle habitait depuis 10 ans avec sa mère, « pour calmer les esprits ». »

La journaliste précise ensuite que si  ces faits ont été dénoncés, entre autres par le président et certains ministres de la République grecque, à l’opposé, des professeurs, une partie de la presse, le chef de l’église orthodoxe d’Athènes et le ministre de la santé, ont continué à mettre la victime et les violeurs sur un pied d’égalité.

Bonjour tout le monde !

21 octobre 2006

Bienvenue sur Unblog.fr. Ceci est votre premier post. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer !
Des questions ? Visitez les forums d’aide !